Peut-on composter ses protections périodiques ?

Le compostage permet de restituer à la terre les matières biodégradables. En général, nous compostons les restes de nourriture, les sachets de thé et les déchets de jardin. Mais qu’en est-il des autres produits que vous utilisez ?

Avez-vous déjà réfléchi à la possibilité de composter également vos serviettes, protège-slips et tampons ?

Pour vous donner une idée de la dimension du problème : chaque femme utilise environ 17 000 serviettes au cours de sa vie. Pouvez-vous vous représenter tous ces déchets amoncelés en une seule, énorme pile ?

Les serviettes et les protège-slips conventionnels peuvent contenir jusqu’à 90% de matières plastiques issues de la pétrochimie et ne sont donc ni compostables ni biodégradables. En fait, les composter équivaudrait à enfouir une poignée de sacs en plastique dans le sol ; inutile et tout simplement nuisible pour l’environnement !

Si vous utilisez des produits menstruels sans matières plastiques (comme ceux de Natracare) – fabriqués à partir de matériaux naturels biodégradables tels que le coton biologique et la cellulose végétale, alors oui ! Vous pouvez tout à fait composter vos tampons et serviettes !

Comment composter les serviettes et tampons à base de matières naturelles ?

  1. Tout d’abord, assurez-vous que vous utilisez pendant vos règles des serviettes, des protège-slips et tampons réellement naturels. Ceux-ci doivent être fabriqués uniquement à partir de matières naturelles et végétales (comment savoir si c’est le cas ? Lisez la liste des ingrédients sur l’emballage. Si cette liste ne figure pas sur l’emballage, les produits ne sont probablement pas compostables. Vous pouvez sinon aussi contacter le fabricant pour vérifier).
  2. Mettez en place des conditions adaptées pour le compost (c’est-à-dire un environnement humide et chaud) en fabriquant un bac bien scellé et en l’enrichissant régulièrement. Il est également très important d’utiliser un bac bien hermétique pour éviter d’attirer des nuisibles.
  3. Assurez-vous que votre compost présente un bon équilibre entre le compost « vert » et le compost « brun ».
    • Le compost vert comprend les épluchures de légumes, l’herbe coupée, etc – des matières plus souples et plus humides qui se décomposent relativement rapidement.
    • Le compost brun contient des matières fibreuses comme le carton et les tiges d’arbustes, ainsi que les tampons et serviettes naturelles qui prennent plus de temps à se décomposer que le compost “vert”.
  4. Pour accélérer le processus de compostage, il est conseillé de découper les serviettes et les protège-slips à la main (ou avec des ciseaux) avant de les mettre dans le bac à compost. L’idéal est de séparer la couche du verso des serviettes qui contient une petite quantité d’adhésif – mais qui peut également être compostée.
  5. Bravo, félicitez-vous d’avoir choisi des protections périodiques qui ne finiront pas à la décharge !

Il faudra attendre environ 18 à 24 mois avant que les des protections périodiques se décomposent complètement dans le compost. Assurez-vous que vous y rajoutez uniquement des déchets biodégradables, puis veillez à ce que le compost reste chaud, humide et bien aéré. Cela permettra d’assurer une meilleure décomposition. Et cela permet aussi à tous les éléments constitutifs de la nature de retourner à la terre – afin d’alimenter de manière optimale la croissance des futures plantes.

Vous voulez en savoir plus sur nos produits compostables ? Découvrez notre gamme de produits éco-responsables et respectueux de la nature.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *