Natracare x Women’s Earth Alliance : Construire un avenir durable

Créer un monde plus écologique devrait aller de pair avec un monde plus équitable, ancré dans une démarche intersectionnelle. Chez Natracare, nous sommes d’avis que le monde du développement durable doit devenir plus inclusif, et c’est la raison pour laquelle nous sommes fiers de nous associer à une organisation qui se concentre sur cet objectif, à savoir la Women’s Earth Alliance.

Quelle est la mission de Women’s Earth Alliance ?

La Women’s Earth Alliance, également connue sous le nom de WEA, est une organisation fondée en 2006 pour contribuer à créer un monde dans lequel les femmes peuvent vivre leur autonomie, où les communautés sont bien alimentées et où les habitants prennent soin de leur planète. La WEA s’est fixé pour objectif d’agir comme un catalyseur pour les organisations et les initiatives de base pilotées par des femmes et axées sur la protection de l’environnement. Et pour atteindre ses objectifs, la WEA a mis en place des programmes conçus pour offrir une formation technique, stratégique et de leadership aux femmes qui souhaitent prendre des responsabilités face au changement climatique.

Des participantes au programme AEM assises, en train de parler, de rire et de sourire

Renforcer les solutions environnementales & climatiques des femmes aux États-Unis

L’un des programmes d’accélération gérés par la WEA est le programme « Accélérer les solutions environnementales et climatiques des femmes aux États-Unis »

Dans le cadre de ce programme, la WEA identifie des femmes qui sont déjà considérées comme des leaders en matière d’environnement et de climat au sein de leur communauté, dans le cadre d’initiatives environnementales existantes, et les invite à rejoindre le programme pour aider à accélérer le mouvement et l’impact de leurs projets. Dans le cadre du programme, les femmes auront accès à une série de soutiens, de formations, d’outils et de relations qui les aideront à faire évoluer leur travail vers le niveau supérieur. Le programme fournit également à chaque femme et à son initiative une subvention de départ, qui est essentielle pour faire passer son organisation à l’étape suivante.

La WEA vise à collaborer plus spécifiquement avec des femmes qui adoptent une approche systémique dans leurs initiatives. Cette approche fonctionne bien de par sa structure évolutive qui gagne en portée par ses répercussions diverses et variées, que la WEA aime qualifier de “l’effet WEA”.

Des participantes au programme AEM assises, en train de parler, de rire et de sourire

L’importance de la notion d’intersectionnalité

La WEA a choisi un éventail diversifié de leaders pour participer au programme, que ce soit en matière d’ethnicité, de géographie ou d’âge. Il est également essentiel que toutes sortes de questions environnementales diverses soient abordées par les initiatives des participantes. Cette intersectionnalité démontre qu’une vision globale d’un monde plus durable est la plus efficace ; le fait d’être parmi d’autres leaders d’horizons différents, de collaborer sur des questions diverses avec une vision similaire permet de faire émerger de nouvelles idées et de nouvelles solutions qui n’avaient pas encore été explorées. Cela donne l’opportunité aux leaders de réfléchir à ce que cela signifie de protéger à la fois nos corps, les générations à venir, l’économie et la planète.

Le travail de la WEA aborde aussi régulièrement les questions de la santé des femmes. Les problèmes environnementaux ont, par exemple, souvent un impact disproportionné sur les femmes cisgenres par rapport aux hommes cisgenres ; c’est la raison pour laquelle il est essentiel que les femmes occupent des postes de direction pour trouver des solutions pérennes et durables. La crise du COVID-19 a également mis en lumière le fait que les mères agissent souvent en tant que « amortisseurs sociaux” des problèmes de société, en prenant aussi à leur compte une part considérable du choc économique relatif à la crise. Le travail de la WEA permet à des femmes d’horizons différents de devenir actrices du changement qu’elles souhaitent voir dans la société et de travailler collectivement avec d’autres femmes dans le domaine du développement durable.

Des participantes au programme AEM prenant part à des exercices de team building en plein air

Comment fonctionne le programme ?

Le programme “Accelerating Women’s Environmental & Climate Solutions in the US” (Accélérer les solutions environnementales et climatiques des femmes aux États-Unis) fonctionne selon un programme basé sur les 4 “W » :

  • Weaving/Réseaux : Tisser et renforcer les relations pour créer un impact plus important grâce aux collaborations des femmes.
  • Wealth/Ressources : Développement stratégique & économique, aide au financement et au soutien des projets.
  • Wellness/Bien-être : Apprentissages de méthodes pour prendre soin de soi, aidant les femmes à se positionner en tant que leaders dans leurs communautés, tout en préservant l’équilibre et la santé dans leurs familles et pour les autres membres de la communauté.
  • Wisdom/Sagesse : Élaborer une base de données contextuelle élargie et commune sur leurs initiatives et leur impact.

Les mentors qui ont participé au programme en 2019 aident les participantes de cette année tout au long du programme, en leur apportant un soutien et en identifiant différentes opportunités.

Le programme accompagne les participantes dans la création de leur business plan, à la création d’un déroulé exhaustif de leur projet, à la réalisation d’un fichier de base pour évaluer l’impact de leurs initiatives, d’un budget global, d’un calendrier et de tout ce dont les femmes pourraient avoir besoin pour comprendre et planifier l’évolution de leur projet.

L’enseignement et l’apprentissage du programme sont basés sur la collaboration. Les femmes participent ensemble à de nombreuses activités, y compris des séances de yoga, à l’apprentissage commun et au partage du résultat de leurs initiatives. Cet environnement d’apprentissage collaboratif et solidaire aide les participantes à se familiariser avec un large éventail de questions environnementales dans différents contextes.

Un groupe de participantes au programme AEM rassemblées, souriantes, pour une photo d'équipe

Quel est le rôle de Natracare dans ce projet ?

Le partenariat de Natracare avec WEA consiste à parrainer deux femmes pour qu’elles rejoignent le programme ainsi qu’à financer leurs subventions de démarrage afin qu’elles puissent développer leurs projets. Voici un peu plus d’informations sur les femmes que nous parrainons :

Michelle Voacolo :

Michelle est la cofondatrice de l’Alliance pour le Changement Climatique en Micronésie (MCCA), un organisme à but non lucratif qui s’efforce de trouver des solutions communautaires à la crise du climat et de la pollution plastique en Micronésie. Au sein de la MCCA, Michelle dirige des projets visant à renforcer la souveraineté alimentaire, à réduire les déchets plastiques et à responsabiliser la jeunesse locale. Elle cherche à étendre les efforts et l’impact de MCCA à d’autres îles de Micronésie.

Nous avons choisi de parrainer Michelle dans le cadre de notre partenariat avec l’AEM, car son intention de réduire les déchets plastiques en Micronésie correspond à notre objectif, à savoir celui de répliquer le même projet dans le monde entier. Notre objectif, c’est d’éliminer le plastique dans les produits du quotidien, comme les tampons, les serviettes hygiéniques et les lingettes, et Michelle reprend cette mission en travaillant avec les communautés concernées en Micronésie. Vous pouvez en savoir plus sur Michelle et MCCA ici.

Mackenzie Feldman :

Mackenzie est la fondatrice et directrice exécutive de Herbicide-Free Campus (HFC), une organisation qui fait campagne pour l’élimination des herbicides dans les écoles des États-Unis. Ayant grandi à Hawaï, Mackenzie a vu les changements positifs opérés par le mouvement hawaïen pour la souveraineté alimentaire et a repris l’idée et la mission avec son coéquipier dans son université en Californie. HFC fait maintenant campagne dans 18 écoles de 10 États du pays et vise à s’étendre au-delà des campus pour toucher le reste de la communauté.

En tant que marque qui refuse d’utiliser autre chose que du coton biologique certifié pour la conception de ses produits, sélectionner le projet porté par Mackenzie allait de soi. Nous sommes persuadés que les campus et que les communautés sans herbicides toxiques représentent une cause qui mérite d’être soutenue. Vous pouvez en savoir plus sur Mackenzie et son projet HFC ici.

Nous sommes très fiers de parrainer ces femmes et la mission de la WEA. Pour en savoir plus sur les autres organisations que nous soutenons grâce à notre adhésion à 1 % pour la planète, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.